Historique

L’ancien aquarium, communément appelé aquarium de Nouméa, a été fondé en 1956 par le Dr. René Catala et sa femme Ida.

René Catala, originaire des Vosges, s’intéresse dès son plus jeune âge, aux sciences naturelles et plus particulièrement à l’entomologie. A Madagascar, où il passe 17 années, ses activités se partagent entre la mise en valeur de plantations de café, de poivre et de vanille et la création d’un laboratoire installé en lisière de forêt. C’est là qu’il entreprend l’étude d’un des plus beaux papillons du monde, l’Urania.

En 1936, lors d’un déplacement à Nossy Be (île du nord-ouest Malgache), René Catala découvre la féerie des récifs coralliens. Toute l’orientation de sa vie de biologiste s’en trouve changée, avec cette idée-force : créer un centre de recherche scientifique à proximité de récifs d’une richesse exceptionnelle en organismes marins… tels qu’on peut en trouver en Nouvelle-Calédonie. C’est ainsi qu’il propose à l’ORSTOM (futur IRD) de construire un aquarium dans son enceinte à Nouméa.

Malgré un refus, il décide de se lancer dans l’aventure. Il rentre à Madagascar, vend l’ensemble de ses biens et revient en Nouvelle-Calédonie pour réaliser son rêve : construire une station de biologie marine.

C’est avec ses cinq plus fidèles compagnons (Yves Merlet, Michel Laubreaux, René Gail, Marcel Angles, Simone Angles) et sa femme Ida Stucki que l’aventure commence. Chacun apporte sa pierre à l’édifice, mais c’est Catala qui se ruine véritablement pour édifier « son » aquarium. A tel point que la Mairie de Nouméa a du lui accorder une subvention pour achever la construction qui devenait de plus en plus difficile.

Le choix de l’emplacement de l’aquarium de Nouméa a été conditionné par

  1. la situation du terrain attribué par la Nouvelle-Calédonie
  2. la richesse du récif au niveau du rocher à la voile
  3. la richesse des eaux de la baie des citrons en plancton.

Circuit d’eau de mer ouvert

Une fois construit, l’aquarium de Nouméa fut d’emblée le seul au monde à présenter des organismes marins qui, jusque là n’avaient pu être observé vivants. Cette structure fut vite connue grâce aux découvertes que fit Catala dans l‘écologie récifale, dont la plus importante est la fluorescence de certains coraux dont une espèce lui a d’ailleurs été dédiée.

L’originalité de l’aquarium de Nouméa par rapport à la majorité des établissements de l’époque et, sans doute, ce qui a fait sa renommée, était de présenter des organismes, notamment des invertébrés, dans leur habitat naturel grâce à un circuit d’eau de mer ouvert (l’eau est puisée dans la Baie des Citrons) et un éclairage en lumière naturelle. Ce mode de fonctionnement a d’ailleurs été conservé pour le nouvel aquarium.

Situé entre l’Anse Vata et la Baie des Citrons, l’aquarium de Nouméa accueillait plus de 60.000 visiteurs par an et était le lieu le plus visité de la Nouvelle-Calédonie. Dans les années 1990, une rénovation s'impose, mais la vétusté des lieux ne permet pas une extension et un nouvel édifice doit être construit. La complexité du dossier ne permet le début des travaux qu'en 2003. L’aquarium de Nouméa ferme ses portes au public en novembre 2005 pour faire place à une nouvelle structure. En 2007, l'Aquarium des lagons est inauguré.

 

 

 

 

Le nouvel aquarium

L’ancien aquarium étant trop vétuste pour envisager une rénovation et une extension du bâtiment, l’obligation de construire un nouvel édifice finit donc par s’imposer.

Ce projet devait, dès le début, répondre à plusieurs nécessités et notamment de concilier sa vocation résolument touristique avec le développement d’activités scientifiques et pédagogiques. Le circuit de visite devait ainsi être organisé comme un voyage au travers de tous les écosystèmes aquatiques de la Nouvelle-Calédonie

 

L'Union Européenne a contribué à hauteur de 40% au financement de la construction du nouvel aquarium dans le cadre du Fond Européen de Développement.

logo drapeau européen couleur copy copy copy