Le bassin des tortues

Inauguré en aout 2014, ce bassin permet d’observer les trois principales espèces rencontrées en Nouvelle Calédonie : la tortue verte, la tortue grosse tête et la tortue bonne écaille.

Avec ses 12 m de diamètre et ses 2 m de hauteur, ce bassin de 200 000 litres devient le deuxième plus grand bac de l’Aquarium. Implanté dans un Parc spécialement aménagé, ce bassin vous donnera la possibilité d’observer ces animaux dans un espace adapté à leurs besoins. Une plage a été spécialement aménagée pour éventuellement permettre aux tortues de venir pondre.

Les tortues de Nouvelle-Calédonie

Quatre espèces de tortues marines peuvent être observées en Nouvelle-Calédonie. Trois espèces les plus fréquemment rencontrées sont la tortue verte, la tortue grosse tête et la tortue bonne écaille. La tortue luth est moins fréquemment observée car elle vit au large, hors du lagon.

Les baies, le lagon, les récifs coralliens et les eaux au large de la Nouvelle-Calédonie représentent des sites de nutrition pour ces quatre espèces. La Nouvelle-Calédonie est le site de reproduction et de ponte pour la tortue verte et la tortue caouanne.

La tortue verte (Chelonia mydas)

La tortue verte doit son nom à la couleur de sa graisse. Son bec est denticulé. Elle possède généralement une griffe par patte à l’âge adulte. Elle mesure 1,1 m en moyenne et pèse 140 kg.

Les très jeunes tortues vivent en haute mer. Les adultes fréquentent les herbiers ou les algueraies du lagon. Les jeunes sont carnivores (crustacés, mollusques et petits invertébrés), les adultes sont herbivores (algues et herbes marines).

Cette tortue pond en Nouvelle-Calédonie. Les récifs d'Entrecasteaux, situés à 180 km de la pointe nord-ouest de la Grande Terre, sont le second site de ponte pour cette espèce dans le Pacifique Sud, après l’Australie.

La tortue grosse tête (Caretta caretta)

La tête de cette tortue est particulièrement grosse, ce qui lui a donné son nom. Elle possède deux griffes par patte à l’âge adulte. Elle mesure 1 m en moyenne et pèse 150 kg.

Les très jeunes tortues vivent en haute mer. Les adultes fréquentent les récifs coralliens et les baies du lagon avec des fonds durs (riches en invertébrés).

Cette espèce est carnivore. Elle mange des invertébrés (cnidaires, mollusques, crustacés).

Cette tortue pond en Nouvelle-Calédonie. La plage de La Roche Percée, à Bourail, est le second site de ponte pour cette espèce dans le Pacifique Sud, après l’Australie.

La tortue bonne écaille (Eretmochelys imbricata)

La tortue bonne écaille présente des écailles imbriquées (superposées) sur sa carapace. Son bec est long, étroit et crochu. Elle possède deux griffes par patte à l’âge adulte. Elle mesure en moyenne 90 cm et pèse 70 kg.

Les très jeunes tortues vivent en haute mer. Les adultes fréquentent les récifs coralliens et les herbiers. Cette espèce est carnivore. Elle mange des invertébrés (coraux mous, éponges) et des algues. Sa chaire est souvent toxique.

Cette tortue ne pond pas en Nouvelle-Calédonie. Elle est moins fréquemment observée que les deux autres espèces.


Les tortues sont des espèces migratrices qui possèdent un cycle de vie relativement complexe. Les femelles pondent des œufs sur la plage où elles sont nées. Après quelques mois d’incubation, les jeunes tortues sortent de l'œuf, émergent du nid, rejoignent le lagon et nagent activement vers le large pour gagner la haute mer.

Elles entament alors une longue migration (> 10 ans) qui les conduira loin de la Nouvelle-Calédonie, vers leurs aires de nutrition (côtes de l’Australie ou de Papouasie Nouvelle-Guinée par exemple). Après une quinzaine d’année sur leur site de nutrition, les tortues atteignent en âge de se reproduire et commencent alors leur premier voyage de retour vers la Nouvelle-Calédonie.

L’accouplement se produit à proximité du site de ponte. Après l’accouplement, les femelles vont monter sur la plage où elles sont nées, creuser un trou dans le sable et y déposer leurs œufs. Après plusieurs pontes, les femelles retournent vers leurs aires de nutrition, parfois situées à des milliers de kilomètres de leur plage de naissance.