Les herbiers

Les herbiers sont constitués de plantes sous-marines, cousines de nos plantes à fleurs terrestres : les phanérogames marines.

Les herbiers sont présents dans tous les océans et mers du globe sauf en Antarctique. En Nouvelle-Calédonie, les herbiers occupent près de 950 km². Ils sont particulièrement abondants sur la côte ouest, autour des îles Belep, de l’Ile des Pins et d’Ouvéa.

Parce qu’elles ont besoin de lumière pour vivre (photosynthèse), les phanérogames ne poussent que dans les eaux claires et peu profondes. En Nouvelle-Calédonie, la plupart des herbiers se trouve, le long des côtes, autour des îlots et le long la barrière récifale interne.

Ces plantes poussent de façon plus ou moins dense sur les fonds sablo-vaseux où elles forment de véritables prairies sous-marines, appréciées par une multitude d’espèces, notamment le dugong et la tortue verte. On y trouve aussi des coraux, des éponges et des algues. Les étoiles de mer, les serpents marins, les poissons sont autant d'habitants qui peuplent ce milieu.








  • Les feuilles des phanérogames sont attachées à des tiges souterraines appelées rhizomes. Les phanérogames ont également des racines.
  • Les phanérogames fleurissent. L’herbier croît également par bouturage des rhizomes.
  • Ne pas confondre les phanérogames et les algues. Les algues qui sont dépourvues de tiges, de racines, de feuilles et de fleurs.
  • Il y a 11 espèces de phanérogames marines en Nouvelle-Calédonie.
  • Le dugong mesure entre 2 et 3 m et pèse jusqu’à 400 kg. Il peut rester 8 minutes en apnée. Il mange 50 kg d’herbes par jour. Chasser le dugong est interdit.
  • La tortue verte se nourrit essentiellement d’herbes et d’algues à l’âge adulte. La qualité de l’herbier influence la fréquence des pontes.
  • Le piétinement, les ancres de bateaux et la sur-pêche dégradent les herbiers.
  • Les activités minières et les feux de brousse entraînent l’érosion des sols ce qui augmente la turbidité des eaux côtières et l’envasement des plantes en cas de pluies.